Partenaires



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Équipes > Equipe test > Chimie dans l’Hydrosphère : du Minéral au Vivant > Aurélie BARATS

Aurélie BARATS

Maître de Conférences

Tél : +33 (0)492 076 367
Mél : aurelie.barats@unice.fr

Enseignement

-  Niveau L1 :

  • Thermochimie (TD/TP)
  • Chimie des solutions (TD/TP)
  • Atomistique (TD)
  • Option Terre Mer Atmosphère : cycle biogéochimique des éléments traces dans l’environnement (cours, TD)

-  Niveau L2 :

  • Chimie générale (TD/TP)

Thèmes de Recherche

  • Géochimie des éléments traces (métaux et métalloïdes) : compréhension de leur origine, comportement, transport et transferts
  • Spéciation des métaux et métalloïdes (ex : As) : prédiction de leur réactivité et toxicité
  • Chimie analytique : développement de méthodes couplées (HPLC-ICPMS, LA-ICPMS...) pour l’étude d’échantillons environnementaux (eaux, sols, sédiments,...).

Projets

2007-2011 : Fonctionnement chimique et contribution anthropique du système hydrologique du bassin du Var (Alpes Maritimes)

2007-2011 : Etude hydrochimique du système aquifère de la basse vallée du Var : Apport des éléments traces et des isotopes (Sr, Pb, δ18O, 226, 228Ra) (Thèse de Cécile Potot, mars 2011)

2010-2011 : Impact de la décharge de Bagnols en Forêt sur l’écosystème aquatique (Paramètres physicochimiques et analyses des éléments traces)
Etude sous traitée par le bureau d’étude HGM, répondant à l’appel d’offre du Syndicat Mixte du Développement Durable de l’Est Var pour « l’audit hydrologique et environnemental de l’ISDND des Lauriers à Bagnols en Fôrets ». Mettre un lien vers le rapport Bagnols

2009-2011 : Contamination des eaux potables par l’arsenic dans les Alpes Maritimes Mettre un lien pour les deux documents pdf (rapport CG06 et plaquette d’information)

2013-2017 : Transport, réactivité et modélisation moléculaire de l’arsenic dans deux hydrosystèmes peu et fortement contaminés Programme de coopération scientifique Mexique/ France (financement ECOS)
L’arsenic (As) est un élément naturellement présent dans les hydro systèmes, et transporté sur des échelles plus ou moins grandes par les rivières. Ce transport se fait sous deux phases : aqueuse (formes dissoutes) ou solide (formes particulaires). L’impact des apports fluviaux d’As sur le milieu naturel reste encore à étudier car dans les approches opérationnelles, seules les concentrations totales en As dans les eaux sont déterminées. Alors que l’arsenic est reconnu comme un élément toxique, sa forme chimique conditionne sa toxicité effective envers le milieu naturel et donc l’homme. Deux hydro systèmes ont été sélectionnés : une rivière peu contaminée (le Var, Alpes-Maritimes, France), et une autre très contaminées, prenant source dans des mines (quartier minier de Huautla, états du Morelos, Mexique central). Pour comprendre l’origine, le comportement, la réactivité et l’impact que peut avoir cet élément sur son environnement, le présent projet vise à déterminer non seulement les quantités totales en As mais de façon plus originale à identifier les différentes espèces chimiques présentes dans les eaux (phase aqueuse et solide), dans les sédiments pour différentes périodes hydrologiques. Les objectifs de ce projet sont : (1) de préciser l’origine et la cause de la présence d’As dans ces eaux de rivières ; (2) de comprendre les phénomènes de transferts de l’arsenic d’une phase à une autre et sa réactivité (changement de spéciation) ; puis (3) de modéliser la réactivité chimique de l’arsenic dans ces hydro systèmes par les outils de la chimie moléculaire. Ce projet combine de façon originale l’échantillonnage sur deux systèmes naturels avec l’interprétation des données à l’échelle moléculaire. Le choix de ces deux systèmes remarquables par leur différence de contamination, permettra notamment de tester la robustesse des modèles et d’élargir le domaine d’application à d’autres hydrosystèmes.

Collaborations

  • Laboratoires de l’UNS (GéoAzur, CEPAM, I3S)
  • Laboratoire PROTEE (Université du Sud-Toulon-Var)
  • Laboratoire d’hydrogéologie EMMAH (Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse)
  • Laboratoire LSCE (CEA, Gif sur Yvette)
  • Collectivités territoriales (Conseil Général 06, Région PACA)
  • Agence de l’Eau
  • Véolia-eau (financement de la thèse)
  • Hydrogéologues du bureau d’étude locaux (H2EA), ou du cabinet Mangan
  • Instituto Mexicano de Tecnologia del Agua (IMTA, Mexique)
  • Centro de Investigación y de Estudios Avanzados del Instituto Politécnico Nacional Unidad Merida (CINVESTAV-Merida, Mexique)
  • Instituto de Ciencias Físicas de l’Universidad Nacional Autónoma de México (ICF-UNAM, Mexique).